Norco






















Forme posologique :
capsules, poudre effervescente pour solution de réception à l’intérieur [des enfants], solution pour perfusion, solution pour la réception à l’intérieur [des enfants], suppositoires, sirops, suppositoires rectale [des enfants], suspension pour suspension orale
Mode d’action :
Nenarkotičeskij analgésique, blocage des COG1 et COG2 principalement dans le système nerveux central en agissant sur les centres de la réglementation thermique et de la douleur.
norco 10/325
Dans les tissus inflammés peroxydase cellulaire neutralise les effets du paracétamol pour COX, ce qui explique l’absence d’effet anti-inflammatoire.
norco 5 325
L’absence d’un effet de blocage sur la synthèse des Pg dans les tissus périphériques conduit à l’absence d’effets nuisibles sur le métabolisme de l’eau-sel (Na + et rétention d’eau) et la muqueuse du tube digestif.
norco dosage
Indications :
Syndrome de fou face aux maladies infectieuses ; syndrome de la douleur (symptômes légères ou modérées): artralgia, mialgia, nevralgia, migraine, maux de dents et les maux de tête douleur, dysménorrhée.
norco 5 325 vs vicodin
Contre-indications :
Hypersensibilité, la période néonatale (jusqu’à 1 mois).
norco 5/325
(C) attention.
norco vicodin
Insuffisance rénale et hépatique, une hyperbilirubinémie bénigne (le syndrome de Gilbert y compris), hépatite virale, foie alcoolique, alcoolisme, grossesse, période de lactation, vieillesse, au début des âge maternel (jusqu’à 3 mois), le déficit glukozo-6-fosfatdegidrogenaza ; Diabète (pour le sirop).
norco pill wiki
Effets secondaires :
Peau : démangeaisons, rougeurs sur la peau et les muqueuses (habituellement est érythémateuse, urticaire), œdème de Quincke, érythème ekssoudatus érythème (y compris Stevens – Johnson Syndrome), nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell).
norco milligrams
Du système nerveux central (habituellement se développe quand les hautes doses): vertiges, agitation et troubles de l’orientation.
norco vs percocet
Appareil digestif : nausées, douleurs épigastriques, augmentation de l’activité des enzymes « foie », généralement sans le développement de l’ictère, gepatonekros (effet dépendant de la dose).
norco wiki
Le système endocrinien : hypoglycémie jusqu’au coma gipoglikemicescoy.
norco pills
Par ototoxicité : anémie, sul′fgemoglobinemiâ et méthémoglobinémie (cyanose, essoufflement, douleur dans le coeur) anémie hémolytique (surtout pour les patients atteints d’un déficit glukozo-6-fosfatdegidrogenaza).
norco vs vicodin Une utilisation prolongée à fortes doses, anémie aplasique, pancytopénie, agranulocytose, neutropénie, lakopenia, B19.
Système urinaire: (à des doses élevées) et de néphrotoxicité (rein coliques, intersticialny jade, papillaire nécrose).
surdosage.
(Surdosage aigu est 6 à 14 h après l’administration d’acétaminophène, chronique-par 2-4 h après le dépassement de dose) les symptômes d’un surdosage aigu : les fonctions de l’appareil digestif (diarrhée, perte d’appétit, nausées et vomissements, une gêne abdominale ou douleur dans l’abdomen), sudation.
Développe des symptômes de prise d’effet de surdosage chronique gepatotoksičeskij : caractérisée par des symptômes communs (douleur, faiblesse, faiblesse, sudation) et un étiquetage spécifique des lésions hépatiques.
Ainsi peut se développer gepatonekros.
Gepatotoksičeskij effet du paracétamol peut être compliquée par le développement de l’encéphalopathie hépatique (troubles de la pensée, oppression CNS, stupeur), convulsions, dépression respiratoire, coma, œdème cérébral, gipokoagulyatsia, développement du syndrome de coagulation intravasculaire disséminée, hypoglycémie, acidose métabolique, arythmies, s’effondrer.
Rarement foie se développe rapidement et peut être compliqué par une insuffisance rénale (nécrose des tubules rénaux).
Traitement : introduction des donateurs des groupes-SH et les ancêtres de la synthèse du glutathion, méthionine par l’intermédiaire de 8-9 heures après le surdosage et la N-acétylcystéine-via 12:0 La nécessité de mesures thérapeutiques supplémentaires (l’introduction d’une méthionine, dans/avec l’introduction de la N-acétylcystéine) dépend de la concentration d’acétaminophène dans le sang, ainsi que de l’heure depuis son admission.
Posologie et administration :
A l’intérieur, un grand nombre de fluides, par 1 à 2 heures après les repas (réception immédiatement après manger conduit à l’apparition retardée d’action).
Adultes et adolescents âgés de plus de 12 ans d’âge (plus de 40 kg de poids corporel) seule dose de 500 mg ; la dose unique maximale de 1 g jusqu’à destination 4 plusieurs fois par jour.
La dose quotidienne maximale de 4 grammes ; durée maximale du traitement est de 5 à 7 jours.
Chez les patients atteints de foie humain et les reins, avec le syndrome de Gilbert, chez les patients plus âgés, la dose quotidienne devrait être réduite et étendue l’intervalle entre les repas.
Enfants : le quotidien maximum dose pour enfants jusqu’à 6 mois (jusqu’à 7 kg)-350 mg, jusqu’à 1 an (jusqu’à 10 kg)-500 mg, jusqu’à 3 ans (jusqu’à 15 kg)-750 mg, jusqu’à 6 ans (jusqu’à 22 kg)-1 g, jusqu’à 9 ans (jusqu’à 30 kg)-1,5 g, jusqu’à 12 ans (jusqu’à 40 kg) -2, sous forme de suspension : enfants 6-12 ans d’âge-10-20 ml (5 ml – 120 mg), 1-6 ans vieux-5-10 ml, 3-12 mois-2,5 à 5 ml.
Dose pour les enfants de 1 à 3 mois est déterminé individuellement.
La multiplicité de destination-4 fois par jour ; l’intervalle entre chaque recevant au moins 4:0 la durée maximale du traitement sans avoir consulté un médecin-3 jours (quand pris comme un médicaments antipyrétiques) et 5 jours (pour le soulagement de la douleur).
Par voie rectale.
Adultes-500 mg 1 à 4 fois par jour ; la dose unique maximale de 1 g ; maximum quotidien d’admission-4 enfants 12-15 ans-250-300 mg 3 – 4 fois par jour ; 8-12 ans dans le 250-300 mg 3 fois par jour ; 6-8 ans dans le 250-300 mg 2 – 3 fois par jour ; 4-6 ans-150 mg 3 – 4 fois par jour ; 2-4 ans d’âge-à 150 mg 2 – 3 fois par jour ; 1-2 ans dans le 80 mg 3 – 4 fois par jour ; de 6 mois à 1 an pour 80 mg 2 – 3 fois par jour ; de 3 mois à 6 mois-80 mg 2 fois par jour.
Instructions spéciales :
Même si un syndrome de fièvre avec l’utilisation du syndrome de l’acétaminophène de plus de 3 jours et la douleur plus de 5 jours, une consultation médicale.
Le risque d’atteinte hépatique est augmenté chez les patients atteints gepatozom alcoolique.
Fausse les résultats des études en laboratoire sur le dosage du glucose et d’acide urique dans le plasma.
Pendant le traitement à long terme devait être surveillé photo du sang périphérique et l’état fonctionnel du foie.
Le sirop contient 0,06 HA saccharose dans 5 ml, ce qui devrait être pris en compte lors du traitement des patients atteints de diabète sucré.
Interaction :
Réduit l’efficacité des urikozuričeskih PP.
L’utilisation concomitante de paracétamol à forte dose augmente l’effet antikoagulyantnykh drogues (pour réduire la synthèse de facteurs de prokoagulântnyh dans le foie).
Inductive mikrosomalnogo oxydation dans le foie (phénytoïne, éthanol, barbituriques, rifampicine, fenilbutazon, antidépresseurs tricycliques), l’éthanol et médicaments hépatotoxiques augmentent la production de métabolites actifs gidroksilirovannyh, qui mène au développement d’intoxications graves, même avec un petit surdosage.
L’utilisation prolongée de barbituriques réduit l’efficacité du paracétamol.
Éthanol contribue au développement de la pancréatite aiguë.
Oxydation de mikrosomalnogo inhibiteurs (y compris zimetidin) réduit le risque d’effets hépatotoxiques.
Utilisation prolongée de paracétamol, etc.
AINS augmente le risque de néphropathie « antalgique » et de la nécrose papillaire rénale, l’apparition de l’insuffisance rénale terminale.
La nomination simultanée du paracétamol en haute prolongée des doses de salicylés et augmente le risque de cancer du rein ou la vessie.
Diflunisal augmente à 50 %, la concentration plasmatique de paracétamol et le risque d’hépatotoxicité.
Préparation gematotoksicnosti de HP Mielotoksicskie augmentation des symptômes.
Indications d’utilisation.
Pour le soulagement de la douleur aiguë, douleur chronique, soulagement de la douleur en oncologie ; outil de protivokashlevoe.
Posologie et administration.
Comme analgésique : orale 5-10 mg (0,1 à 0,2 mg/kg) toutes les 4-6 heures.
Protivokaitevogo fonds de placement: 5 mg par voie orale (0,1 mg/kg) toutes les 4-6 heures ; Vous devriez essayer d’utiliser la dose minimale efficace ; la dose quotidienne maximale de 90 mg.
Chez les patients atteints d’une déficience hépatique ou rénale fonction désactivée le médicament ralenti, son qui conduit à l’accumulation dans l’organisme et de renforcer l’effet de sedašvnogo.
Pour renforcer l’effet de la combinaison avec des analgésiques narcotiques analgeticski, antidépresseurs, ainsi que sans drogue signifie, par exemple, la stimulation électrique transcutanée du nerf.
Voie de disparition : foie, rein.
Pharmacologie.
L’hydrocodone est un narcotique remède analgésique et toux, ketonovym dérivé de la codéine.
Sur l’activité antalgique est comparable avec la codéine : 30 mg oralement pris codéine ou 120 mg par voie intramusculaire injecté de codéine est équivalent à 10 mg de morphine (par voie orale ou injection).
Hydrocodone est souvent utilisé en combinaison avec nenarcoticakimi analgésiques (aspirine, acetaminofenom) pour le soulagement des douleurs modérées.
L’hydrocodone est un antitussif efficace et est largement utilisé comme ingrédient médicinal, la vaste kashleva Centre.
La dépendance physique à l’égard de ce produit un est rare.
Hydrocodone a peu d’effet sédatif.
Lorsque vous ne prenez l’hydrocodone pratiquement aucune nausées, vomissements, constipation.
Hydrocodone pénètre à travers la barrière placentaire et peut perturber le développement du foetus.
Grandes quantités sont trouvent dans le lait maternel, et le médicament devrait être utilisé avec prudence par les mères qui allaitent.
Injection n’est pas recommandée en raison du risque accru d’hypotension induite par gistaminom.
Pharmacocinétique.
Début d’action : oral -15-30 min.
La concentration maximale dans le plasma : oral-30-60 min.
Durée : oral-3-4 heures.
Interaction avec d’autres médicaments.
Inhibition de la Potenziruet de la CNS et le centre vasomoteur en prenant d’autres analgésiques narcotiques, les benzodiazépines, les sédatifs, les moyens de narcose par inhalation d’oxyde nitreux, alcool, dérivés des antidépresseurs fenotiazinaitricikličeskih.
Effet analgésique est amélioré et étendu A2-adrénergique, telles que l’adrénaline, la clonidine et stupéfiant et nenarcoticakimi analgésiques (aspirine, l’acétaminophène).
Toxicité : la gamme toxique n’est pas enregistrée.
Symptômes de l’intoxication.
Somnolence, coma, arrêt respiratoire, arythmie cardiaque, apnée, une acidose respiratoire et métabolique, l’apparition du syndrome des analgésiques narcotiques AVC (crampes abdominales, vomissements, paresthésie, zalojennosti nez, slezotočenie, bâillements, sueurs, tremblements, mialgii), effondrement, arrêt cardiaque et même la mort.
Antidotes.
Naloxone est injectée par-1 0,4 mg par voie intraveineuse tous les 2-3 minutes jusqu’à 10-20 ml.
Traitement des complications et l’empoisonnement.
Arrêter la drogue, d’assurer la bonne ventilation et la circulation sanguine (des voies respiratoires, l’oxygénothérapie, la réhydratation par voie intraveineuse, vazopressory) ; Entrez l’antidote.
Entrez l’analeptic respiratoire.
Définir la composition des gaz sanguins, des pH et des électrolytes ; une acidose et violations elektrolitnogo Exchange (lorsque moločnokislom azidoze injecté par voie intraveineuse 1-2 mÈkv/kg de bicarbonate de sodium) ; traitement symptomatique.
Puis, en évitant l’aspiration, rincer l’estomac par la nomination d’antiémétiques (tels que le sirop de racine d’ipécacuanha dans une dose de 30 ml ou 0,5 mL/kg, avec jusqu’à 200 ml ou 4 mL/kg d’eau) ou par lavage gastrique suivi à l’intérieur du charbon actif (50-10 g ou -1 0,5 g/kg).
Précautions :
1.
dose de médicament doit être réduite chez les patients plus âgés, si les conditions de gipovolemičeskih, le risque de pathologie chirurgicale, tandis que l’utilisation de sédatifs et d’autres analgésiques narcotiques.
2.
les stupéfiants effets kupiruyutza naloxone (à partir de 0,2 à 0,4 mg par voie intraveineuse).
3.
quelle nausées et vomissements peuvent être assignés à metoclopramide (comme protivorvotny signifie).
4.
un effet secondaire peut être traitée très désagréable et mauvais est la constipation.
Prévention et traitement : dose journalière de laxatifs.
5.
la tolérance à la drogue peut se développer lorsque pris pendant plus de deux semaines des analgésiques narcotiques.
C’est peut-être une conséquence de la dose, la fréquence et la méthode d’injection (intraveineuse et une tolérance se développe plus rapidement des points).
Le premier signe est la réduction de la durée et l’efficacité de l’analgésie.
Afin de ralentir le développement de cette condition, vous devez utiliser une combinaison d’analgésiques narcotiques avec d’autres médicaments (AINS, antidépresseurs), avec des moyens non-medicamental, par exemple, la stimulation électrique transcutanée du nerf ; aller à un autre analgésique narcotique (commençant par demi-dose).
6.
physique dépendance à gidrokodonu se produit rarement.
Dépendance physique se développe généralement un stupéfiant d’admission dramatique Painkiller après une utilisation prolongée (2 semaines >).
Le syndrome peut se manifester anxiété, irritabilité, fièvre, en alternance avec la chaleur, transpiration, insomnie, shvatkoobraznymi des douleurs abdominales, nausées, vomissements, paresteziâmi et action musculaire convulsif.
Pour éviter les symptômes de sevrage, la posologie doit être progressivement réduite (par exemple 75 % tous les 2 jours).
Traitement du syndrome est symptomatique.
7.
psychologique dépendance se caractérise par la demande constante de cette substance narcotique sans un réel besoin.
La plupart des patients avec dépendance psychologique souffrent également d’une dépendance physique.
8.
afin de renforcer l’effet de la combinaison avec des analgésiques narcotiques analgeticski, antidépresseurs, ainsi que des moyens non médicamenteux, par exemple, la stimulation électrique transcutanée du nerf, le blocus blocus local déclenchent point (avec des anesthésiques locaux et korticosteroidami) et intravenoznaâ l’anesthésie régionale.
9.
non pharmacologiques thérapie comprend črezkožnuû stimulation électrique du type nerveux et méthode d’application de chaleur ou de froid, de kinésithérapie (massages, ultrasons, etc.
), de méthodes non traditionnelles de traitement.
10.
il est préférable d’éviter l’injection péridurale/infratekal′nogo chez les patients atteints septicemiej, poches d’infection au site d’injection et une coagulopathie.
11.
Hydrocodone est contre-indiqué chez les personnes dont les travaux portent sur la forte concentration de l’attention, la coordination des mouvements, le risque accru de (conduire une voiture, travailler avec des objets lourds, etc.
).
12.
formes posologiques peuvent contenir des sulfites, et causer des réactions allergiques jusqu’à anaphylacticski choc chez les individus qui présentent une hypersensibilité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *